Pour chaque entreprise, la trésorerie est un sujet crucial afin de pérenniser son activité. In business cash is king surtout en ce moment.

Il existe de multiples raisons de vouloir améliorer sa trésorerie : un investissement, établir un matelas de sécurité ou simplement avoir l’esprit tranquille sans avoir besoin de courir après des moyens de faire rentrer du cash rapidement. Larticle d’Agicap spécialiste sur le sujet vous donnera différents moyens d’améliorer votre trésorerie :

  • Booster ses ventes.
  • Réduire les délais d’encaissement des créances clients.
  • Utiliser les délais fournisseurs à bon escient.
  • Différents moyens de financement.

Cependant lorsque l’on travaille avec des fournisseurs internationaux c’est un peu plus compliqué car il y a d’autres facteurs à prendre en considération : le temps de transport, le dédouanement de la marchandise, la volatilité du marché des changes, etc.

Lorsqu’une entreprise importe de la marchandise le paiement est pour la plupart du temps demander à la commande. L’entreprise devra donc sortir de la trésorerie en amont de l’acheminement. En fonction de la géolocalisation du fournisseur les délais d’acheminement peuvent être plus ou moins longs. Il faut compter en moyenne par voie maritime :

  • 30 à 45 jours pour la Chine et les pays Asiatiques.
  • 10 à 20 jours pour les USA et le Canada.
  • Entre 15 à 30 jours pour les pays d’Amérique du Sud.

Pour connaître le temps de transport de vos marchandises: Searates

Avec un paiement à la commande l’entreprise augmentera énormément son besoin en fonds de roulement et mettra à risque son activité. Prenons un exemple assez commun :

L’entreprise A commande 10 000 Euros de matériaux depuis Shenzhen en Chine. Son fournisseur lui demande un paiement au comptant au moment où le bon de commande est établi. On appellera cette date la date N.

Le trajet que parcourra la marchandise de l’entreprise A :

 

 

Simulation sur la trésorerie de l’entreprise A :

 

  • Date N l’entreprise A paie son fournisseur -> Trésorerie = -10 000 EUR.
  • Date N+5 jours : le fournisseur met en acheminement la marchandise. -> Trésorerie = -10 000 EUR.
  • Date N + 45 jours (avec un délai d’acheminement France-Chine à 40 jours.) : La marchandise arrive en France -> Trésorerie = -10 000 EUR.
  • Date N + 50 jours ( 5 jours pour vendre sa marchandise, ce qui record) : L’entreprise A vend la totalité de son stock à un client avec un délai de paiement à 30 jours -> Trésorerie = – 10 000 EUR.
  • Date N + 80 jours : L’entreprise A encaisse sa vente -> Trésorerie = +10 000 EUR + marge.

Dans notre exemple ci-dessus l’entreprise A à un BFR négatif de 80 jours. Bien sûr l’exemple est simplifié au maximum mais du au temps de transport le risque de trésorerie sur l’opération est bien de 80 jours.

Négocier les délais de paiement avec ses fournisseurs internationaux est donc primordial si c’est possible. Cependant ça ne règle pas le problème dans sa globalité.

Reprenons le même exemple, cette fois-ci l’entreprise A aura négocié un délai de paiement de 30 jours après la remise du bon de commande.

Simulation sur la trésorerie de l’entreprise A :

 

  • Date N l’entreprise A reçoit le bon de commande -> Trésorerie = 0 EUR
  • Date N+5 jours : le fournisseur met en acheminement la marchandise. -> Trésorerie = 0 EUR
  • Date N+30 jours : l’entreprise A paie son fournisseur -> Trésorerie = -10 000 EUR.
  • Date N + 45 jours (avec un délai d’acheminement France-Chine à 40 jours.) : La marchandise arrive en France -> Trésorerie = -10 000 EUR.
  • Date N + 50 jours : L’entreprise A vend la totalité de son stock à un client avec un délai de paiement à 30 jours -> Trésorerie = – 10 000 EUR.
  • Date N + 80 jours : L’entreprise A encaisse sa vente -> Trésorerie = +10 000 EUR + marge.

Dans cet exemple l’entreprise A aura réduit son besoin en fond de roulement de 30 jours cependant elle aura toujours un trou de 50 jours dans sa trésorerie.

L’impact des délais de transport est un enjeu majeur pour les entreprises importatrices. Il existe néanmoins différentes manières de limiter cet impact :

  • Négocier les conditions de paiement: 50% à la commande et 50% à la livraison. Votre fournisseur ne perdra pas totalement sa liquidité et vous n’engagerez qu’une partie de votre trésorerie sur le moyen terme. C’est un bon moyen de créer une situation Win-Win pour les deux partis et donc d’établir une confiance sur le long terme.
  • Travailler avec un établissement financier qui finance votre facture. Chez Tulyp par exemple nous accompagnons nos clients sur ces opérations en finançant leurs factures sur un délai allant de 30 jours à 120 jours. Nous payons leurs fournisseurs lorsqu’ils prouvent que la marchandise est en cours d’acheminement et nos clients nous remboursent à la date choisie.

Il est impératif pour une entreprise importatrice d’avoir les bons partenaires afin de piloter ces différents impacts de la meilleure manière possible et de pérenniser leur activité.

Tulyp est une solution de paiement et de financement BtoB accompagnant les importateurs et exportateurs au quotidien. En tant que FinTech spécialisée dans le Trade Finance, nous accompagnons sur leurs problématiques de garanties de paiement, de financement et de liquidité. Si vous avez des questions, vous pouvez nous contacter. L’un de nos experts vous contactera dans les 24 heures.

L’argent est roi dans les affaires, c’est pourquoi le fonds de roulement est l’un des sujets les plus en vogue actuellement. Il existe de multiples façons pour les entreprises de financer leurs besoins, qu’il s’agisse de dettes à long terme, de financement basé sur les revenus, le financement sur facture ou de prêts à court terme. Le marché financier offre divers instruments permettant aux entreprises de trouver les bons outils de financement.

L’un des plus courants pour les PME est le financement par facture, très répandu dans le monde entier.

Qu’est-ce que le financement sur facture?

Le financement sur facture est un prêt à court terme qu’une institution financière accorde à une entreprise sur la base de la valeur nominale d’une facture. Il peut être utilisé du côté de la vente, sur la base de la valeur des factures des clients de l’entreprise, ce que l’on appelle l’affacturage, ou du côté de l’achat, pour financer les besoins d’approvisionnement.

Financement de factures ou affacturage du côté du client :

Le financement de factures aide les entreprises à améliorer leur trésorerie, à payer leurs employés et leurs fournisseurs et à réinvestir dans leurs activités et leur croissance plus tôt qu’elles ne le pourraient si elles devaient attendre que leurs clients règlent l’intégralité de leurs soldes. Les entreprises paient un pourcentage du montant de la facture au prêteur en guise de commission pour l’emprunt de l’argent.

Le financement sur facture peut résoudre les problèmes liés aux clients qui prennent beaucoup de temps pour payer, ainsi que les difficultés à obtenir d’autres types de crédit commercial.

Prenons l’exemple d’une entreprise exportatrice qui utilise l’affacturage pour compenser le risque de crédit sur ses ventes :

  1. L’entreprise expédie les marchandises à son client et les facture.
  2. Elle envoie les détails de la facture à la société d’affacturage.
  3. L’entreprise reçoit un pourcentage de la valeur nominale de la facture en fonction des critères de risque propres à la société d’affacturage.
  4. L’entreprise perçoit le paiement de son client.
  5. Elle rembourse le facteur du montant prêté et reçoit la partie de la facture qui ne faisait pas partie de l’opération de prêt. (moins une commission de service)

Cet outil de financement est souvent utilisé par les entreprises comme un outil de liquidité pour maintenir leur trésorerie et compenser les problèmes potentiels de trésorerie dus aux retards de paiement des clients. C’est un moyen de se couvrir contre les retards potentiels de remboursement de leurs clients.

Le financement par facture du côté de l’offre :

Du côté de l’offre, le financement sur facture est utilisé comme un mécanisme de financement des besoins opérationnels et des opérations. Sur la base d’une facture due à un fournisseur, une institution financière prête de l’argent à une entreprise pour payer le montant de cette dernière. Le montant prêté sera remboursé à l’institution financière selon des conditions et un calendrier convenus à l’avance. Ce type d’outil financier est un moyen pour les entreprises de financer leur trésorerie. Un bon exemple d’outil de financement des factures pour les importateurs est la lettre de crédit, qui est souvent utilisée pour des raisons de trésorerie.

Prenons l’exemple d’une entreprise qui importe des marchandises et qui cherche à améliorer sa trésorerie. Elle décide donc d’utiliser l’outil de financement suivant décrit précédemment :

  1. L’entreprise et son fournisseur négocient le bon de commande.
  2. L’entreprise va voir son institution financière et convient des conditions suivantes: l’institution financière leur prêtera de l’argent et l’entreprise remboursera le prêt dans 60 jours.
  3. L’entreprise paie le fournisseur avec le montant du prêt et le fournisseur envoie la marchandise.
  4. La marchandise arrivent 30 jours plus tard, l’entreprise vend les marchandises à ses clients et est payée.
  5. Le 60e jour, l’entreprise rembourse l’institution financière avec un petit intérêt.

Grâce à ce mécanisme, l’entreprise n’a pas eu à engager de fonds avant le 60e jour. Si le cycle de vente le permet, l’entreprise rembourse l’institution financière en utilisant le montant qu’elle a récupéré de la vente des marchandises. Le flux de trésorerie sera impacté positivement par cette opération.

Chez Tulyp, nous proposons ces outils de financement de factures aux clients importateurs et exportateurs. En tant que FinTech spécialisée dans le Trade Finance, la solution Tulyp accompagne les acteurs du commerce international sur leurs problématiques de garanties de paiement, de financement et de liquidité. Si vous avez des questions, vous pouvez nous contacter, un de nos experts vous contactera dans les 24 heures.

L’utilisation d’un compte escrow n’a rien de nouveau dans la plupart des secteurs. Souvent utilisés dans l’immobilier ou dans les transactions entre consommateurs, les comptes escrow servent à compenser le risque de contrepartie pour les acheteurs et les vendeurs.

Qu’est-ce qu’un compte escrow ?

L’escrow est un concept juridique décrivant un accord financier entre un acheteur et un vendeur où une tierce partie neutre sera mandatée pour détenir les fonds jusqu’à ce que certaines règles ou étapes soient atteintes dans une transaction commerciale.

Pour faire simple, un compte escrow est un compte de passage temporaire détenu par un tiers neutre dans une transaction. Ce tiers de confiance – l’escrow agent – détiendra les fonds jusqu’à l’achèvement du processus de transaction, qui est mis en œuvre après le règlement de toutes les conditions prévu en amont entre un acheteur et un vendeur.

En substance, les entreprises utilisent un service d’escrow lorsque deux parties prennent part à une transaction et qu’il existe une incertitude quant au respect de leurs obligations. Les services escrow répondent à un problème de confiance entre les deux parties.

Dans le commerce international, la confiance est un pilier essentiel pour les entreprises commerciales, mais comment s’assurer que la contrepartie tiendra sa position si vous envoyez les marchandises en avance ou le paiement ? Les services escrow répondent à cette question en sécurisant à la fois l’acheteur et le vendeur.

Comment un compte escrow peut-il être utilisé dans le commerce international pour compenser le risque ?

Pour répondre à cette question, il est important de comprendre le mécanisme d’un service escrow.

Prenons l’exemple d’une entreprise qui achète des marchandises à l’international. L’entreprise a besoin d’être assurée qu’elle recevra les marchandises après avoir effectué un paiement. Le risque ici est que le fournisseur disparaisse après avoir reçu le paiement.

Pour compenser ce risque, la transaction peut être effectuée en utilisant un service escrow:

  1. L’acheteur et le vendeur mandatent un agent d’escrow pour détenir les fonds jusqu’à ce que des règles clés prédéterminées soient atteintes : validation des documents d’expédition par exemple.
  2. L’acheteur transfère les fonds sur le compte escrow déterminé pour la transaction.
  3. L’agent d’escrow informe le vendeur que l’argent est retenu sur le compte. Le vendeur a maintenant l’assurance qu’il recevra le paiement lorsque les règles prédéterminées seront respectées.
  4. Le vendeur expédie la marchandise et envoie les documents d’expédition à l’agent d’escrow.
  5. L’agent d’escrow vérifie l’authenticité des documents d’expédition.
  6. L’agent d’escrow libère le paiement au vendeur après validation des documents prédéterminés.

Dans cet exemple de transaction, l’acheteur et le vendeur ont l’assurance que l’autre partie remplira ses obligations :

  • Le vendeur sait qu’il recevra le paiement du vendeur s’il remplit ses obligations.
  • L’acheteur sait que les fonds ne seront libérés que si le vendeur remplit ses obligations avant de recevoir le paiement.

Dans le commerce international, les services d’escrow compensent le risque de contrepartie internationale et la peur de l’inconnu des deux parties tout en atténuant l’engagement financier de leurs entreprises respectives.

Tulyp est une FinTech spécialisée sur les sujets de Trade Finance. La solution Tulyp accompagne les acteurs du commerce international sur leurs sujets de garantie de paiements, de financement et de liquidités. Si vous avez la moindre question vous pouvez nous contacter, l’un de nos experts prendra contact avec vous en moins de 24 h.

Qu’est ce qu’une lettre de crédit ?

La lettre de crédit est l’un des moyens de paiement BtoB les plus utilisées dans le monde du commerce international. C’est une garantie financière bancaire qui permet à l’exportateur de savoir qu’il sera payé à condition qu’il envoie la marchandise et donne l’assurance à l’importateur qu’il recevra la marchandise, conforme au contrat d’achat et à la documentation relative au terme définit par le contrat.

Ce moyen de garantie de paiements très prisé par les acteurs du commerce internationale fonctionne directement avec les banques. C’est en effet la banque du client qui s’engage à payer le bénéficiaire qui est le vendeur à la remise des documents conformes prévu préalablement lors de la mise en place du contrat.

Quelles garanties apportent une lettre de crédit ?

Si vous êtes un importateur, une lettre crédit est une assurance que votre entreprise ne paiera la marchandise que si l’exportateur prouve qu’il a bien envoyé la marchandise. C’est une forme d’assurance qui vous permet de minimiser votre risque de contrepartie et de vous protéger en cas de tentative de fraude d’un fournisseur. La lettre de crédit vous permet aussi dans certains cas de garder votre liquidité vous n’avez pas à effectuer de paiement initial ou de versement anticipé pour prouver votre de bonne foi car votre banque s’engage à votre place.

Si vous êtes l’exportateur, la lettre de crédit vous protège contre le risque de non-paiement de la marchandise que vous avez envoyée à votre client. Comme le paiement est assuré par la banque du client, la lettre de crédit vous protège contre les risques juridiques car le paiement du contrat est assuré tant que les conditions de livraison prévues préalablement sont respectées.

La lettre de crédit est donc une couverture financière pour l’acheteur et le vendeur lors d’une transaction commerciale internationale.

Les différents type de lettre de crédit :

  • Révocable ou Irrévocable :

Dans la plupart des cas une lettre de crédit est par défaut irrévocable. Lors de l’émission par la banque de l’importateur de cette dernière garantie à l’exportateur qu’il sera payé s’il répond à ses engagements contractuels. Pour annuler une lettre de crédit irrévocable, il faut que tous les acteurs de la transaction donnent leurs accords.

Une lettre de crédit révocable quant à elle donne à l’acheteur ou à sa banque le droit de modifier les termes du contrat. Le vendeur étant donc protégé que très partiellement, c’est pour cette raison que les lettres de crédit révocables ne sont plus utilisées.

  • La lettre de crédit revolving :

Une lettre de crédit est normalement faite pour chaque transaction internationale. Dans le cas où l’importateur s’approvisionne plusieurs fois chez le même fournisseur, il peut demander l’ouverture d’une lettre de crédit revolving, lui permettant de faire plusieurs transactions commerciales dans la limite d’un montant prédéterminé.

  • Lettre de crédit transférable :

Cette typologie de lettre de crédit s’applique lorsqu’il y a plusieurs acteurs commerciaux lors d’une transaction :

  1. L’importateur.
  2. Un intermédiaire commercial: un vendeur intermédiaire ou négociant par exemple.
  3. L’exportateur.

La lettre de crédit transférable protège donc le 3e acteur dans l’opération financière.

  • Confirmée ou non confirmée :

En fonction de la confirmation ou non d’une lettre de crédit, l’exportateur qui est toujours le bénéficiaire de l’opération aura plus ou moins de garantie.

Lorsqu’une lettre de crédit est confirmée, une deuxième garantie est obtenue avec un autre établissement financier. Elle est généralement utilisée lorsqu’il y a des doutes sur la solvabilité de la banque émettrice de la première lettre de crédit. Le vendeur cherche donc à avoir une deuxième garantie afin d’être sûr qu’il sera payé.

Si la lettre de crédit n’est pas confirmée par un deuxième établissement bancaire, elle est considérée comme non confirmée.

Comment fonctionne une lettre de crédit ?

 

  1. L’importateur et l’exportateur décident de travailler ensemble et une commande est passée.
  2. L’importateur se dirige vers sa banque pour mettre en place une lettre de crédit. Le coût de la mise en place d’une lettre de crédit est souvent pris par l’importateur et peux varier entre 1% à 8% dans les cas extrême lorsque la solvabilité de l’acheteur est faible. Il faut compter en moyenne un coût au alentour de 2.5% à 3% + frais de mouvement de documents. (sans compter les frais de change)
  3. La banque transmet à l’exportateur la lettre de crédit comme garantie de paiement.
  4. L’exportateur confie la marchandise au transporteur qui lui fournit les documents de transport. Ce dernier remet les documents à la banque émettrice de la lettre de crédit.
  5. Après vérification, la banque présente le connaissement à l’importateur.
  6. Le paiement est émis et l’exportateur reçoit le paiement de la part de la banque.

Il est important de noter que c’est un processus long à mettre en place. Il faut compter en moyenne 5 à 10 jours ouvrés pour la mise en place d’une lettre de crédit (acceptation) et une dizaine de jours pour que la banque reçoive et vérifie les documents contractuels.

Les avantages et inconvénients des lettres de crédit :

Les avantages :

  • La lettre de crédit protège les deux parties équitablement contre le risque de contrepartie.
  • C’est aussi un outil de trésorerie assez intéressant pour l’acheteur car dans certains cas, il n’engage pas de trésorerie avant de recevoir la marchandise.
  • Elle permet d’explorer de nouveaux territoires commerciaux en prenant moins de risque et protège contre les externes à la transaction commerciale.

Les inconvénient :

  • Le coût est un inconvénient majeur à l’utilisation de ces produits. Il faut compter en moyenne un coût au alentour de 2.5% à 3% + frais de mouvement de documents. (sans compter les frais de change)
  • C’est un produit majoritairement réservé au grand groupe. Ces derniers peuvent supporter le coût mais aussi prouver à la banque qu’ils sont solvables et avoir accès à ces produits.
  • Le temps de réalisation est aussi un inconvénient majeur. Il faut compter en moyenne 25 jours ouvrés pour que réaliser une opération de lettre de crédit bout à bout.

Tulyp est une FinTech spécialisée sur les sujets de Trade Finance. La solution Tulyp accompagne les acteurs du commerce international sur leurs sujets de garantie de paiements, de financement et de liquidités. Si vous avez la moindre question vous pouvez nous contacter, l’un de nos experts prendra contact avec vous en moins de 24 h.

Comme vous devez le savoir chaque pays où zone économique a une devise qui lui est propre.

Pour commencer, il faut comprendre un point important : il y a toujours un risque de change lorsque vous travaillez avec un partenaire qui n’a pas la même devise que vous.

La question est, qui porte le risque ? L’importateur ou l’exportateur ? Il n’y a pas de bonne réponse à cette question mais si le change de devises est bien maîtrisé cela peut devenir un véritable atout commercial et financier.

Le risque de change désigne l’incertitude quant au taux de conversion d’une monnaie par rapport à une autre. C’est un point important pour les entreprises car les fluctuations peuvent affecter les montants des factures et donc la marge commerciale.

Il faut bien comprendre qu’un cours de change à un moment ne sera pas le même 30 jours après, au moment de régler la facture. Le cours évolue à chaque seconde alors personne ne peut prévoir l’impact qu’il aura sur les coûts et la marge. Que vous exportiez ou importiez cela aura un impact car vos partenaires prendront aussi en compte le cours pour travailler avec vous.

Exemple :

L’entreprise française Dupont se fournit principalement en Chine. Aujourd’hui, ils viennent de recevoir une facture à régler dans 30 jours d’un montant de 100 000 USD. Le cours de change de l’EURUSD étant à ce jour de 1.10 soit 90 909 EUR. Monsieur Dupont décide d’attendre avant d’acheter des dollars.

La date de règlement est arrivée, monsieur Dupont doit maintenant acheter des dollars.

  • Scénario 1 : le cours est maintenant à 1.07. Monsieur Dupont achète 100 000 USD contre 93 457,94 EUR. Soit une perte de marge de 2 548.94 EUR.
  • Scénario 2 : le cours est maintenant à 1.13. Monsieur Dupont achète 100 000 USD contre 88 495.57 EUR. Soit un gain en marge de 2 413.43 EUR.

Les deux scénarios sont des opérations au spot (au comptant). C’est-à-dire que vous achetez la devise que vous voulez au cours actuel du marché.

Ce qu’il est important de remarquer ici est que la perte ou le gain représente un risque pour l’entreprise effectuant l’opération de change. Personne n’aurait pu prévoir le cours 30 jours auparavant. Ce qu’il faut prendre en compte, c’est que les prix finaux ne sont pas forcément modifiables auprès des clients finaux. Alors si le scénario 1 se produit vous pouvez perdre toute la marge à cause de la volatilité des cours de change. C’est ce qu’on appelle le risque de change.

Les moyens pour se protéger de la volatilité des cours :

Il y a cependant des moyens pour se protéger de la volatilité et donc de sécuriser la marge et les coûts : les contrats à terme. Les contrats à terme sont des produits financiers permettant de bloquer le cours de change à une date précise ou entre deux dates sans engager de trésorerie ou engageant une partie limitée du montant souhaité. Il y a différents types de contrats à terme plus ou moins participatifs mais tous ont la même utilité : vous protéger de la volatilité. Les noms de ces contrats peuvent varier en fonction des établissements financiers.

Pour comprendre le fonctionnement des contrats à terme, revenons à notre exemple avec monsieur Dupont.

Exemple :

L’entreprise Dupont reçoit une facture de 100 000 USD à payer dans 30 jours. Cependant cette fois-ci Monsieur Dupont ne veut pas risquer sa marge et décide de se protéger.

Le cours du jour de l’EURUSD est à 1.10. Monsieur Dupont appelle son établissement financier et décide de prendre un contrat à terme pour acheter 100 000 USD dans 30 jours au cours d’aujourd’hui.

  • Scénario unique : 30 jours après, Monsieur Dupont achète 100 000 USD à 1.10 soit 90 909 EUR.

Le cours actuel n’est pas important lors de la conversion car Monsieur Dupont s’est protégé contre le risque de change. Si le cours était à 1.07 comme dans le scénario 1 alors il aura fait une très bonne opération. Dans le cas du scénario 2, il aura perdu une opportunité. Mais dans tous les cas Monsieur Dupont aura sécurisé sa marge.

Il existe plusieurs types de contrat à terme. Certains vous permettent aussi de participer sur le marché pour profiter d’une opportunité sur un marché favorable. Cependant il est important de comprendre que ces produits vous permettent avant tout de sécuriser votre marge et ne pas impacter vos coûts défavorablement. Le risque de change est un risque qui est maîtrisable si on est bien accompagné.

Tulyp est une FinTech spécialisée sur les sujets de Trade Finance. La solution Tulyp accompagne les acteurs du commerce international sur leurs sujets de garantie de paiements, de financement et de liquidités. Si vous avez la moindre question vous pouvez nous contacter, l’un de nos experts prendra contact avec vous en moins de 24 h.